New to site?


Login

Lost password? (X)

Already have an account?


Signup

(X)

[Vince Marachti : « addict à la course à pied à cause de l’Enduro ! »]

22
Juil 2017

Vince Marachti : « addict à la course à pied à cause de l’Enduro ! »

 

Après le premier témoignage de Sylvain Hervieu  – le découvrir  voici aussi celui d’un autre fidèle habitué, Vince Marachti de témoigner :

 

Pour ma part, 1er enduro en 1985. Cette année, ce sera la 19eme participation. Meilleur temps 1h00´45″ 😡

Pire souvenir : 1988 fini à l’hôpital de Coutances après un accident de voiture au retour.

Meilleur souvenir : 1992 année de mon mariage et course pour rattraper Madame.

Et surtout, c’est à cause de l’enduro que je suis tombé addict de la course à pied. Addiction toujours présente à 51 ans.

Témoignez vous aussi ! Envoyez nous vos souvenirs sur ce compte facebook ou via notre mail : enduro.coutainville@gmail.com

 

Pour rappel le témoignage de Sylvain Hervieu :

Sylvain, vous avez couru le premier Enduro. C’était en 1982. Vous vous en souvenez ?

* 1er enduro en août 1982 en 59 minutes (il n’y avait à l’époque que 12 kms), j’avais 20 ans, je faisais partie de cette 1ère « vague » de coureurs des années 80 qui se lançaient à la course à pied.

 – Quel est votre meilleur temps ?

* Mon meilleur temps est de 59’25 le 27 août 2000 (14 kms)

 

– Quel est votre meilleur souvenir ?

* Mon meilleur souvenir pour cette course : descendre pour la 1ère fois sous la barre de 1 h (en 2000); on se relayait avec un copain qui avait le même objectif, ses lacets étaient défaits, il ne voulait pas les remettre pour ne pas perdre de temps car on savait que l’on flirtait avec la barre des 1 h.

 

– Votre pire souvenir ?

* Pas de pire souvenir, toutes les éditions (y compris celles par grand vent, sous l’orage, par temps gris) ont été belles et surtout celles où j’y ai initié mes enfants et parfois des amis.

 

– Quel âge avez vous aujourd’hui, et comment vous préparez vous ?

* J’ai 55 ans, pas de préparation particulière, je viens de courir des « montées verticales » dans les Alpes (Samoëns, Montgenèvre).

 

– Quel temps misez vous pour cette 27e eme participation ?

* J’essaierai 1h15.

 

– En deux mots vous qualifierez l’Enduro de ?

* En 2 mots : unique, envoûtante.

 

* Mais il me faut plus que deux mots ! : j’aime cette course, je m’y retrouve, le mélange des coureurs (et coureuses) de l’Afrique de l’Est auprès des anonymes, la traversée de la rue commerçante, la descente vers la mer, la foule puis l’effort solitaire, le sable dur et mouillé et le sable sec, les herbus, la traversée des sapins, la pointe d’Agon, le retour par « paquets » (souvent vent de face) et vers la foule à nouveau, le dernier demi-tour avant l’arrivée. J’ai pratiqué diverses formules en 35 ans (duathlon, triathlon, trail de nuit, trail sur neige, en altitude, …)… mais cette course qui perdure demeure un rendez-vous privilégié avec une pointe de nostalgie dans un paysage reposant où on sait jouer avec les contrastes (sable dur-sec; haut niveau-anonyme, foule-solitude…). C’était très précurseur d’avoir instauré ce type d’épreuve en 1982 : courir et en dehors des routes. Autre chose : merci à vous de faire (enfin) distance commune hommes-femmes cette année.

Tag

Tags:

 


Related Posts
Leave A Comment
One Comment

Leave A Comment